Tambacounda/Littérature/Poésie : « LES CRIS DE LA PLUME » de Mohamed Haidara.

Tambacounda/Littérature/Poésie : « LES CRIS DE LA PLUME » de Mohamed Haidara.

Le recueil de Poèmes « LES CRIS DE LA PLUME » de Monsieur Mohamed Haidara a été présenté au grand public au Siège de l’Ong Gadec de Tambacounda.

L’Emission Parlons Actualités de la Radio Gadec Beetawe Tambacounda 88.5 FM  a eu l’insigne honneur de recevoir Monsieur Mohamed Haidara pour la Présentation de son œuvre littéraire « LES CRIS DE LA PLUME » le lundi 7 août 2023. L’Ecrivain est né en 1988 à Madina Touatte à Tambacounda (Sénégal-Oriental). Il est instituteur titulaire du Certificat d’Aptitude Pédagogique (CAP) et d’une licence és lettres de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Son recueil de poèmes traite de beaucoup de thèmes tels que les Parents, la Sagesse, la vie, la mort, la Religion, l’Afrique, le Sous-emploi, la migration irréguliére…Très passionné de lecture depuis l’adolescence, il meuble son temps en s’adonnant à l’écriture.« LES CRIS DE LA PLUME »  est un livre qui transporte le lecteur dans l’univers poétique à la fois utopique et dystopique d’un jeune poète. Dans ce paysage aux couleurs imaginaires et vraisemblables, le passé, le présent et le futur, sans cesse, se croisent, s’entremêlent et se chevauchent. Par sa plume singulière, l’auteur faisant fi des normes classiques explore le monde irréel, interroge l’océan de sa mémoire et s’interroge surtout sur des questions d’ordre socioculturel, économique, politique, spirituel et philosophique. Dans ce petit ouvrage au style mordant, l’amour est chanté ou vilipendé et le rêve est un espoir. Sa poésie est axée sur de vieux motifs de la poésie universelle, voire, de la littérature en général. Elle pratique une thématique assez diversifiée, dont l’engagement, motif omniprésent dans nos poésies sénégalaise et africaine, qui pleurent sur les maux de la Patrie.

Mohamed Haidara comme tout intellectuel de son âge, est préoccupé par le Présent de son peuple et l’avenir de la jeunesse. Comme la plupart des jeunes de sa génération, qui vivent dans l’angoisse des débuts du 21e Siècle et du 3e millénaire, marqués par les terribles changements climatiques et leur cortège de Conséquences, de faim, de soif, de maladies, de migrations, de guerres religieuses, idéologiques ou racialistes (raciologies). Il est touché dans son cœur et dans son esprit, meurtri par une impuissance qui le pousse à fuir le très réel quotidien et à aspirer fortement, à l’instar de tel poète qui fait « souvent le rêve étrange et pénétrant », à rencontrer la femme idéale ou découvrir l’indéfini, l’Eden, la beauté. Certains des poèmes ont comme un parfum moralisateur. Par rapport à la Migration irrégulière, l’Ecrivain Mohamed Haidara  est foncièrement  contre et pense que l’Etat doit avoir une bonne politique de sensibilisation sur la dangerosité des routes migratoires et doit encourager, inciter les Jeunes à rester / travailler au Pays.

KEBE KEBA/TAMBAACTU1

Partagez