TAMBACOUNDA : GRANDE TOURNEE AGRICOLE BOUCLEE AVEC SUCCES

Mardi, le 16 octobre 2018

Le Gouverneur de la région de Tambacounda, Monsieur Elhadji Bouya Amar et sa délégation technique qui l’accompagnait ont pendant quatre jours visité des champs de riz, d’arachide, de maîs, de banane, de mil, de coton, de patate et de fonio dans les départements de Goudiry, de Bakel, de Koumpentoum et de Tambacounda. Les membres de la délégation ont constaté de visu avec le Gouverneur la diversification et surtout la culture du riz  qui est une réalité dans les communes de Bamba Thialène, de Koussanar avec la vallée du sandougou long de plus de quarante km. Ces deux zones peuvent nourrir la région en riz.

De manière générale les efforts de l’Etat en matière de politique agricole ont été bien appréciés par l’ensemble des producteurs. Il faut aussi dire qu’en terme d’appui, de formation et d’encadrement, les services techniques de l’Etat ainsi que les projets et programmes, les ONG qui sont agrées par l’Etat ont fait un travail remarquable dans ce sens là. Certaines contraintes liées au renforcement de capacité, à la coordination et aussi des difficultés liées au manque de matériel agricole, aux problèmes de commercialisation ont été évoqués par les producteurs. Le Gouverneur a saisi cette occasion pour leur annoncer le quota de vingt deux tracteurs alloué à la région. Les neuf tracteurs sont déjà arrivés. Les cultures de diversification sont pratiquées dans toutes les zones de la région. Il est fréquent de trouver dans un champ plusieurs variétés de culture. En ce qui concerne les techniques agricoles, bien que la demande de formation est toujours d’actualité mais il faut reconnaître qu’il y a un certain relèvement du niveau des producteurs. Aujourd’hui, grâce à l’engagement de l’Etat, la culture du riz est devenue une réalité dans la région, le département de Bakel mis à part avec la vallée du fleuve Sénégal, à Tambacounda, à Goudiry comme à Koumpentoum, le riz de plateau est bien présent. Cela n’existé pas, il y a des années.Et dans cette promotion de riz de plateau, il a été découvert l’existence de vallées très fortes, au village de Massembé avec plus de quinze kilomètres dans la commune de Bamba Thalène où de braves femmes s’activent dans ce domaine et c’est la même situation qu’on trouve au niveau de la vallée du Sandougou, longue de plus de quarante kilomètres dans la commune de Koussanar avec les femmes du village de Kouthiacoto. Ainsi, le Directeur Régional du Développement Rural, Monsieur Sada Baboye Ly va essayer de voir comment harmoniser les interventions pour mieux créer le potentiel de développement de ces vallées, dira le Gouverneur. Ainsi il faut dire qu’avec l’aménagement de ces vallées, la région de Tambacounda pourra nourrir la région de Tambacounda en riz. Pour la culture du coton des efforts doivent être faits parce que le coton incarne l’image de la région. Et surtout la seule industrie de la région se trouve être la SODEFITEX. On doit mener une bonne communication à l’endroit des populations pour que la filière cotonnière retrouve on lustre d’antan. Rappelons que la délégation s’est d’abord rendue à Kothiary dans le champ de Serigne Fallou qui fait de la production de semence de maîs, d’arachide. Après Kothiary, c’est le village de Rabiya qui a accueilli l’équipe du Gouverneur dans le champ  de Ndiaga Ba, un autre producteur qui fait aussi de la production de maîs, d’arachide, de sorgho. A Goudiry, la délégation a visité un champ expérimental de jeunes où elle a vu la semence de maîs, du riz de plateau et un peu du riz de bas fond. A cet effet, le DRDR Sada Baboye Ly  de dire qu’avec les pluies utiles qui sont arrivées vers le 27 juin, la région a pu avoir grâce à la volonté divine une bonne répartition pluviométrique pour la saison même si les populations étaient sous stress par moment. Cela dit qu’on a vu une situation reluisante parce que l’ensemble des spéculations sont arrivées à maturation. En ce qui concerne le maïs et le mil, la récolte a déjà commencé. Maintenant, avec une pluie le cycle de l’arachide qui est pratiquement à maturité sera bouclé. Signalons que l’Etat a pris les devants en mettant en place des semences certifiés et en accompagnant l’encadrement technique par le biais des projets et programmes à savoir le P2RS, la SODAGRI, le PADAER, le DRDR, en plus des services techniques départementaux qui sont là, sans oublier le collège des producteurs de riz. Pour le matériel agricole, la région a eu l’année dernière une dotation en tracteurs, du petit matériel comme des houssines, des semoirs. Dans le cadre du programme national  d’autosuffisance alimentaire en riz, l’Etat a envoyé aussi du matériel destiné à la riziculture. De ce fait la région a obtenu trente semoirs, dix décortiqueuses et deux batteuses à riz répartis dans les quatre départements. On connaissait la culture du riz dans les bas fonds mais actuellement cette culture est en train de gagner de la place dans la région, surtout au niveau du plateau. C’est dire que le besoin en matériel demeure toujours. La sensibilisation et l’information doivent être faites à l’endroit des producteurs. Ce faisant, la SODAGRI est présente dans certaines zones avec ses relais, les structures déconcentrés de l’Etat du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural, les SDDR, le P2RS, etc. Il faut savoir aussi qu’au niveau de la région il y a le GTP, c’est-à-dire le Groupe de Travail Pluridisciplinaire où l’ensemble des services techniques qui s’occupent du monde rural se retrouvent pour discuter des questions liées à l’agriculture. Actuellement l’information  est partagée entre le GTP, l’ANACIM et les relais. Dans le cadre des semences, l’ISRA est en train de travailler pour trouver des variétés à cycle court et c’est cela qui fait qu’on a des nérica pour le plateau. La délégation a aussi visité quelques réalisations du P2RS dans le département de Bakel. Il s’agit des ouvrages de retenu d’eau pour la maîtrise de cet liquide précieux qui sont réalisés au niveau des communes de Gabou, Moudéri, Ballou et Bélé. Deux magasins de stockage de 100T et quatre de 50T sont réalisés aussi dans les communes de Ballou, Moudéri et de Gabou. Quinze périmètres maraîchers ont été accompagnés en équipement solaire et des bassins aussi pour les groupements de femmes. Selon Sédar Ngom, le Chef d’antenne  du P2RS de Tambacounda, Cela a permis de renforcer le moyen de production de ces femmes. Cette année en matière de politique agricole, le cap est bon, dira le Chef de l’exécutif régional.

Tambaactu1.com

 

Login form