Tambacounda : 50 relais formés en SRAJ/VIH SIDA et sur le maintien des jeunes filles à l’école grâce au projet AREZKI

L’atelier portant sur la formation de relais en SRAJ/VIH SIDA et sur le maintien des jeunes filles à l’école a démarré ce samedi 11 janvier et se terminera le dimanche 12 janvier 2020. Cet atelier qui se tient au CDEPS de Tambacounda est présidé par le Secrétaire Général du Conseil Départemental, Hubert Ndèye. Ce dernier se réjouit du fait que les fils de la région sont bien impliqués dans ce projet et il les a exhortés à être conscients de leurs responsabilités dans cette formation…

L’objectif de cet atelier est de former cinquante jeunes qui habitent les villages qui longent la route nationale 1, de Tambacounda à Talibadji wolof  sur environ quatre vingt kilomètres. Ces jeunes seront formés dans les thématiques comme la SRAJ/VIH SIDA et sur le maintien des jeunes filles à l’école. Ils feront la démultiplication au niveau de leurs localités respectives à travers des activités de sensibilisation interpersonnelles par le biais des causeries et des activités de mobilisation sociale. Il est aussi prévu de faire des radio crochet. Le coordonnateur de l’antenne régionale du Réseau Jeunesse Population et Développement, Sambou Soumano de rappeler que les responsables de AREZKI l’ont confié ce travail de sensibilisation lié à la SRAJ et le maintien des jeunes filles à l’école. Les badianou gox et entre autres couches de la population qui viennent de ces localités à savoir des relais venant des postes de santé, des élèves sont bien concernées par cette formation, dira M. Soumano. Pour ce qui est du choix des relais, les Infirmiers Chef de poste de Botou , de Bala et de Kothiary sont impliqués dans cette affaire. C’est dire qu’on a ratissé large histoire d’atteindre notre objectif qui est de changer de comportement, indique M. Soumano.

Pour Madame Sow née Fatimata Koudy Sy, Ingénieure chargée de l’environnement et de la sécurité au niveau du projet AREZKI qui est maître d’œuvre des travaux qui se font sur l’axe Tambacounda-Goudiry, depuis le début du projet des activités connexes sont en train de se déroulées parmi les quelles, il faut noter des activités de communication concernant le projet proprement dit en vers les populations riveraines que sont celles des villages de Koromadji, Botou, Innadina, darou ndioufène, Talibadji wolof, Idacoto, Médina laobé,la ville de Tambacounda etc… Et il a été  même dit que certaines organisations viendront mener des activités de sensibilisation liées au VIH/SIDA et aux maladies sexuellement transmissibles. Et cela va se faire avec le Réseau Jeunesse Population et Développement. Madame Sow de rappeler la journée de lancement qui avait été présidée par le Gouverneur de région avec des thématiques comme la sécurité routière, l’hygiène publique etc… Pour AREZKI Toutes ces activités permettront d’amener les populations locales d’éviter les dangers liés à certaines insécurités au bord des routes. En dehors de l’aspect technique du projet, il y a  ce qu’on appelle la responsabilité sociétale de l’entreprise qui vise à développer les routes au profit des populations riveraines. L’entreprise a eu à construire des forages, et de concert avec la direction de l’hôpital régional, deux cases de santé seront réalisées. En plus de cela des murs de clôture seront faits pour des écoles qui se trouvent dans une situation d’insécurité le long de la route, la RN1 qui est un trafic international très fréquenté par des camions gros porteurs, du coup les dangers sont permanents. Il est également prévu de réaliser des pistes d’accès en collaboration avec les autorités locale et l’AGEROUTE au niveau des zones qui sont dans le besoin à savoir le village de Diyabougou Sakho, etc…

Tambaactu1

Partagez